https://marcilhacgalerie.com/marci_data/upload/files/MUSIQUE/Erik_Satie_-_Gymnopedie_No1.mp3

MARC DU PLANTIER (1901-1975)

Considéré de son vivant comme l’un des décorateurs les plus doués et géniaux de son temps, figure emblématique du mobilier des années 1940, Marc du Plantier naît en 1901 à Madagascar. Décidant de se spécialiser dans un premier temps en mathématiques pour entrer l’Ecole polytechnique, il se tourne pourtant vers l’architecture en intégrant en 1922 l’Ecole des Beaux-Arts de Paris, suivant l’enseignement de Gabriel Héraud et, parallèlement, les leçons du peintre Paul Albert Laurens à l’Académie Julian. Marc du Plantier débute sa carrière professionnelle dans le milieu de la mode, livrant des modèles pour les maisons de couture Jeny et Doucet ; il décide de se dédier au métier de décorateur ensemblier en 1929.

A partir de cette date, Du Plantier se voit rapidement confier la conception d’intérieurs intégraux dans lesquels il intervient sur l’architecture et use d’éclairages savants. Les premières pièces révèlent son goût pour l’alliance élégante et raffinée de divers matériaux, ainsi que sa prédilection pour l’utilisation de bronzes dorés faisant appel à la grande tradition mobilière française aussi bien qu’à une Antiquité idéalisée. L’inauguration très médiatisée de son appartement personnel, entièrement conçu par ses soins, en 1932, constitue une preuve irrémédiable du succès fulgurant de ses créations ; elle est bientôt suivie par différentes commandes de la famille de Rothschild, et par l’installation des Du Plantier dans un hôtel particulier à Boulogne en 1935, non moins remarquée.

Pressenti pour décorer la demeure du comte et de la comtesse de Elda à Madrid en 1939, Marc du Plantier quitte la France à l’aube de la Seconde Guerre mondiale. Il y restera finalement plus de neuf années en raison du succès rencontré par ses pièces de style néoclassique dans la péninsule – la période sera dite « espagnole ».

A son retour en France en 1949, Du Plantier change radicalement de style et se tourne vers une inflexion beaucoup plus moderne, effaçant de son oeuvre toute réminiscence à des styles passés, favorisant le mélange d’éléments en fer forgé, de verre et de pierres diverses et variées. Allant vers une épuration et un modernisme toujours croissants, l’oeuvre de Du Plantier ne cessera jamais de plaire et lui vaudra de nombreuses commandes officielles et expositions en France, mais également aux Etats-Unis et au Mexique, deux pays où il s’installe durant quatre années. De retour en France, définitivement, en 1966, Marc du Plantier continuera à livrer des pièces à l’épuration anguleuse jusqu’à sa mort en 1975.