https://marcilhacgalerie.com/marci_data/upload/files/MUSIQUE/Mozart Le nozze di Figaro Act 2.mp3

PIERRE LARDIN (1902-1982)

Artiste, verrier, vitrailliste, graveur ou encore bijoutier, autant de talents pour lesquels Pierre Lardin se fait reconnaitre par ses pairs. Il entre 1916 à l'école Boulle (atelier de gravure au burin). Après quatre ans à l'école en 1920, il sort 1er au concours de fin d’études.  Il commence à travailler chez Maurice Dufrêne de 1920 à 1924 qu’il suivra plus tard à « La Maîtrise » des Galeries Lafayette, s'en suivra différents ateliers: Edgar Brandt, le joaillier Cartier et chez Gruber où il s’initie au vitrail. Il a également travaillé avec Marc Simon, décorateur-ébéniste à Paris. Dès lors, Pierre Lardin se spécialise dans l’art du verre gravé. En1925 il reçu le grand Prix de l'Exposition des Arts décoratifs, lauréat de la Fondation Blumenthal en 1932, et reçu le prix Plumet en 1934.
Si Pierre Lardin est surtout connu pour son œuvre de verrier, sa formation de graveur, aussi bien que sa longue collaboration avec Maurice Dufrêne, lui ont permis de s’exprimer dans des genres très différents : il a réalisé des ensembles mobiliers, des décors de théâtre, des modèles de papiers peints (Nobilis Éditeur), des vases pour la Manufacture nationale de Sèvres, des marionnettes de bois pour la Compagnie Lyonnaise, ou encore des jouets et des bijoux.
Durant la Deuxième Guerre Mondial il est détenu captif à Cracovie, durant cette période il crée, dirige et réalise avec ses camarades du camp une revue Le Crack couronné par l’Académie française.
Plus tard il fera des miroirs son matériau de prédilection lui permetant d'utiliser une grande quantité de techniques et de laisser son imaginaire créer un monde de mythes et de poésie emplit de déesses et autres animaux tel que la licorne, les cygnes ou encore les colombes.
Enseignant il consacrera beaucoup de son temps à dispenser son savoir dans différentes écoles en France, en 1954 il devient directeur des Beaux-Arts de Grenoble puis en 1958 de ceux de Bordeaux jusqu'a sa retraite en 1973 ou il y restera directeur honoraire.
Pierre Lardin décède à Paris en août 1982 et est considéré comme l'un des grands artistes verriers d'après guerre à l'instar de Robert Pensart ou Max Ingrand.