https://marcilhacgalerie.com/marci_data/upload/files/MUSIQUE/Mozart Le nozze di Figaro Act 2.mp3

CLAUDIUS LINOSSIER (1893-1953)

Tout jeune, Claudius Linossier commença à travailler le métal : d'abord, dans une maison d'orfévrerie religieuse à Lyon, puis dans deux ateliers parisiens avant de travailler chez le maître dinandier Jean Dunand. Tenant à entreprendre seul, Linossier quitta Paris et retourna à Lyon. Il s'installa à la Croix Rousse, obtint la Bourse Florence Blumenthal et plus tard, un grand prix à l'Exposition Internationale de 1937.

Sur cette colline où vécut pendant des siècles une population d'ouvriers d'art, il hérita des vertus du bon artisan épris de perfection technique. Les formes inventées par Linossier sont simples : vases ronds, coupes, plats ; jamais aucun ornement ne vient rompre la pureté des galbes. Le décor lui-même est conçu en fonction de cette forme dont il met en valeur les rythmes essentiels. Linossier n'a jamais recours aux émaux ni aux laques. Ses décors sont constitués par des incrustations de métaux qu'il patina un temps à l'acide, puis renonçant à ce procédé trop instable, il adopta définitivement l'oxydation au chalumeau. Le corps des pièces, en cuivre rouge ou en ferro-nickel aux tonalités noires, est éclairé, suivant les cas, par les gris nuancés de l'argent, les ors pâles du cuivre jaune ou les pourpres sombres du cuivre rouge.

Bien qu'il demeura toujours à Lyon, Linossier participa régulièrement aux salons de la Société Nationale des Beaux-Arts, de la Société des Artistes Décorateurs et au Salon d'Automne, où sa femme peintre Hélène Linossier exposait en même temps que lui. Linossier faisait partie du groupe "Les Artisans français contemporains" avec Decoeur, Lenoble, Décorchemont, Daurat… dont la galerie Rouard, continua à présenter les œuvres quand le cycle des expositions fut interrompu.

Un an avant de mourir, ayant perdu sa femme et incapable de se remettre au travail ni de surmonter sa douleur, le 23 juin 1953 il fondait la bourse Hélène Linossier, destinée à créer trois prix annuels pour les élèves de l'école des Beaux Arts de Lyon. Il fut Chevalier de la Légion d'honneur.